Le combatif du 19/07/2015
15e étape : Peter Sagan (Tinkoff Saxo) Combatif du jour
15e étape : Peter Sagan (Tinkoff Saxo) Combatif du jour
15e étape : dimanche 19 juillet
Mende - Valence (183 km)

Le Jury, composé de Jean Montois (journaliste à l’AFP), Philippe Bouvet (journaliste à L’Équipe), Laurent Jalabert (ex-coureur et consultant chez France Télévisions et RTL) et Thierry Gouvenou (Président du Jury, ex-coureur, directeur de l'épreuve du Tour de France), a désigné Peter Sagan (Tinkoff Saxo, n°47) Combatif du jour.

Peter Sagan (Tinkoff Saxo, SLQ, n°47)
25 ans, 1m84, 73 kg
Vainqueur de 4 étapes sur le Tour de France : 3 en 2012, 1 en 2013
Vainqueur du Tour de Californie en 2015

L'étape du jour était vouée à une arrivée au sprint. Peter Sagan, qui a terminé à 6 reprises dans les 3 premiers cette année, est toujours placé mais rarement gagnant dans ce type de finish. De nouveau ce dimanche, le Slovaque a brillé par sa volonté d'aller de l'avant, en espérant bousculer les prévisions des équipes de sprinters. C'est une de ses attaques qui a permis de former le groupe de tête au kilomètre 36. Il était encore dans le coup quelques kilomètres plus loin quand une accélération a réduit l'échappée à seulement 9 coureurs au lieu de 24 initialement. Il a ainsi pu conforter son maillot vert en remportant le sprint intermédiaire. Dans les 30 derniers km de l'étape, voyant l'avance de l'échappée fondre, le natif de Zilina a décroché pour rentrer dans le peloton et s'économiser en vue du sprint final dans lequel il se classera finalement 4e. L'esprit d'initiative dont il a fait preuve ces derniers jours lui a valu les faveurs du Jury du Tour de France qui lui a attribué le Prix Antargaz de la Combativité.

Peter Sagan : " Gagner, ce n'est jamais facile ! "
« J'ai pris l'échappée parce je voulais gagner l'étape... mais ça n'est jamais facile ! Je me sentais très bien pendant toute la journée, et j'ai réussi à prendre le maximum de points sur le sprint intermédiaire. C'était une partie du travail, mais je voulais ensuite insister. Quand nous avons été repris par le peloton, je me suis concentré sur le sprint final, j'ai d'ailleurs changé de vélo pour en prendre un différent, que j'utilise sur le plat. Mais le sprint, c'est encore la loterie. Il y avait un vent de face sur les 3 derniers kilomètres, j'ai essayé de bien me placer, mais Greipel était encore plus fort que moi aujourd'hui. »